La COP15 (En anglais Conference Of Parties) contre la déforestation s’est ouverte le lundi 9 mai 2022 à Abidjan, Capitale de la Côte d’Ivoire en présence de plusieurs Chefs d’Etat, Chefs de Gouvernement et de négociateurs de 196 pays pour tenter d’agir concrètement face à la dégradation rapide des terres et ses conséquences néfastes pour la biodiversité et les populations.

En lieu et place du Président de la République Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, empêché, c’est la Première Ministre Son Excellence Madame, Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA qui a effectué le   déplacement d’Abidjan pour la 15e session de la Conférence des Parties (COP15) de la Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification (CNULCD).

Prenant la parole au nom du Chef de l’État, la Première Ministre a rappelé l’engagement du Gabon dans la préservation de l’écosystémique du Bassin du Congo dont la perte « provoquerait des centaines de millions de réfugiés climatiques, avec un effet dévastateur sur la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique ».

Au cours de cette conférence, les Chefs d’Etat et Gouvernement ont d’une seule voix, lancé l’appel d’Abidjan. Ledit appel porte sur l’implémentation effective du programme de développement durable à savoir la neutralité en matière de dégradation des terres d’ici 2030.

Pour rappel, le Gabon fait partie, depuis le 6 septembre 1996, des 197 États membres de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.

 

(Service Analyse des Médias-DCCOM©2022)